Compagnie-de-Trencavel Index du Forum
Compagnie-de-Trencavel
Compagnie de Trencavel , association loi 1901 sur la reconstitution historique du monde Occitan au XIII eme siecle
 
              
Index    Faq    Rechercher    S'enregistrer    Connexion    
 
              



 Bienvenue 



L'assiotation rentre en période hivernale.  


 
 
 
Une nouvelle organisation, qui demande l'aide de tous les membres, est en cours. 
 
 
 
La Compagnie de Trencavel reviendra comme elle le fait chaque à chaque, encore plus rayonnante ! 
 
 
 
:: Seynette : combat judiciaire ::

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Compagnie-de-Trencavel Index du Forum -> archives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Boutefeu


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2010
Messages: 10
Localisation: Melun

MessagePosté le: Lun 7 Juin - 07:52 (2010)    Sujet du message: Seynette : combat judiciaire Répondre en citant

La source : 


Au Moyen Age, lorsqu’un différend ne trouvait pas d’issue, chacune des parties revendiquant la vérité, on avait recours à des « preuves » dont l’efficacité était incertaine. Le serment fut l’une d’elle, l’ordalie une autre (l’accusé devait, par exemple, saisir et transporter une barre de fer rougie au feu sans que sa main soit brûlée !). Le duel judiciaire en était encore une autre. 

Ce type de combat fut institué par le roi Gondebaud vers le Ve siècle, d’abord en matière criminelle puis en matière civile, malgré l’opposition de l’Eglise. Charlemagne le substitua au serment. On pouvait louer un champion qui combattait à la place du plaignant. 

La revue « Le Musée des familles » , dans son numéro de février 1837 (p. 155-156), indique que : « Charlemagne voulut qu’on ne pût combattre qu’avec le bâton ; mais Louis-le-Débonnaire permit de se servir d’armes, et le bâton fut laissé aux vilains. Les gentilshommes se battaient entre eux à cheval, mais les vilains ne pouvant se battre qu’avec un bâton, « il s’ensuivit, dit Montesquieu, que le bâton fut l’instrument des outrages, parce que celui qui en avait été battu, avait été traité comme un vilain. Les vilains seuls, combattant à visage découvert, pouvaient seuls recevoir des coups sur la face ; de là un soufflet devint une injure sanglante, car celui qui l’avait reçu avait été traité en vilain. » 

Quand un gentilhomme appelait un vilain, il devait se présenter à pied avec l’écu et le bâton ; s’il venait à cheval avec les armes d’un gentilhomme, on lui ôtait son cheval et ses armes ; il restait en chemise et était obligé de combattre en cet état contre le vilain. (…) Le jour du combat fixé, les champions étaient amenés en l’audience, devant le juge, après midi, tous appareillés en leurs cuirées ou en leurs côtes, avec leurs écus et leurs bâtons cornus, armés de drap, de cuir, de laine et d’étoupes. La laine ou les étoupes servaient à garantir les jambes, le drap ou le cuir à donner plus de facilité pour manier le bâton. Chaque combattant devait avoir les cheveux coupés jusqu’au-dessus des oreilles. Ils pouvaient s’oindre, pour donner plus de souplesse à leurs membres. 

On les menait ensuite aux champs, où des chevaliers, nommés par le juge, étaient préposés pour régler la bataille. Un sergent déclarait alors à haute voix : « Qu’aucun des spectateurs, sur vie et membre, ne fût si hardi que de donner aide ni nuisance, par fait ou par dit, aux champions. » Si l’on violait cette défense, que l’on nommait paix du roi ou du seigneur (c’est peut-être de là qu’est venue la paix des huissiers), on était condamné à payer vingt vaches d’amende ; quelquefois la peine infligée était toute corporelle, et si la victoire était décidée par le fait de l’intervenant, celui-ci était puni de mort.

Avant d’engager la lutte, les champions se tenant par la main, le plaignant à droite, l’accusé à gauche, s’agenouillaient ; on leur demandait alors leurs noms de baptême, s’ils croyaient à Dieu le père, au Fils, au Saint-Esprit, à la doctrine de la Sainte-Eglise. L’accusé prenait ensuite les saints à témoin de son innocence ; l’autre champion persistait dans son accusation, et recevait un nouveau démenti. Les parties faisaient serment qu’elles n’avaient aucun sortilège qui pût les aider ou nuire à l’ adversaire ; puis on leur donnait le bouclier et le bâton, et elles engageaient le combat.
Le champion qui succombait avait tort, et était aussitôt déclaré imposteur. »
Le combat judiciaire fut aboli par Philippe le Bel en 1303.

Principe :


Joute instinctive entre 2 personnes en civil. Au bout de 5mn de joute, l'un des 2, determiné à l'avance, se couche, et l'autre est déclaré vainqueur. 


Besoins :


Canne : ok. Ecu : ok (merci Dim !!) 2 chevaliers pour l'encadrement, un seigneur en guise de juge, et un sergent pour les déclamations. 
_________________
http://picturetrip.blogspot.com

http://vampirequetout.blogspot.com


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Lun 7 Juin - 07:52 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Compagnie-de-Trencavel Index du Forum -> archives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Thème MGP_Medieval créé par MagicGraph Pro 7 Concept © 2009
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com