Compagnie-de-Trencavel Index du Forum
Compagnie-de-Trencavel
Compagnie de Trencavel , association loi 1901 sur la reconstitution historique du monde Occitan au XIII eme siecle
 
              
Index    Faq    Rechercher    S'enregistrer    Connexion    
 
              



 Bienvenue 



L'assiotation rentre en période hivernale.  


 
 
 
Une nouvelle organisation, qui demande l'aide de tous les membres, est en cours. 
 
 
 
La Compagnie de Trencavel reviendra comme elle le fait chaque à chaque, encore plus rayonnante ! 
 
 
 
:: Les gauchers au Moyen-Age ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Compagnie-de-Trencavel Index du Forum -> CULTURE -> La Société médiévale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gontran Le Sénestre
Membres Trencavel

Hors ligne

Inscrit le: 07 Oct 2012
Messages: 409
Localisation: Marseille

MessagePosté le: Jeu 21 Mar - 16:31 (2013)    Sujet du message: Les gauchers au Moyen-Age Répondre en citant

L’arrivée d’un gaucher sur une médiévale suscite, dès la prise en main de la lame, deux remarques qui sont généralement faites dans cet ordre :
« à l’époque, il ne faisait pas bon être gaucher, on leur attachait la main dans le dos, on les brûlait… » ; « n’empêche, c’est bien pratique pour toi, au combat ! ».
Paradoxal ! Jusqu’à l’apparition des armes à feu d’infanterie sur les champs de bataille, les gauchers seraient donc une ressource tactique précieuse, n’est-ce pas ?
Je vais donc casser deux ou trois idées reçues !

 
1.Pourquoi la gauche est-elle mal perçue ?

Depuis la Bible la gauche (sinister) est perçue comme le côté du mal, et sa symbolique diabolique est rappelée régulièrement : les gestes de la main droite sont ceux destinés au Malin (Eve qui prend la pomme), tandis que la main droite est utilisée pour faire le bien. Il est donc normal que dans les sociétés occidentales la gauche ait été mal perçue.
Exception amusante, cette citation de la Bible (Juges 20 :16) : « Dans cette troupe, il y avait sept cents soldats d'élite gauchers, tous capables de toucher un cheveu, sans le manquer, avec une pierre de leur fronde ».
Mais ce n’est pas la seule raison. Plus prosaïquement, la main gauche est généralement utilisée pour s’essuyer après avoir déféqué. C’est donc la main qui transporte la saleté, les maladies. Que la main gauche soit associée à la défécation est vrai en Europe mais aussi hors de la Chrétienté, où l’argument biblique ne tient plus.
Le fait que les gauchers soient une minorité est un facteur supplémentaire.
 

2. Au cours des Ages


Il est généralement admis que les gauchers ont été le plus martyrisés pendant le Moyen-Age, époque où les sorcières étaient déjà un bon moyen d’éclairer les rues.
Rien n’est plus faux, mécréants !

Le Moyen-Age dans son ensemble semble au contraire être une période de clémence envers les gauchers. La gaucherie n’a en effet été vraiment réprouvée qu’à partir du XVIème siècle. Ce revirement semble avoir été provoqué par la généralisation de l’écriture et des couverts, et l’étiquette qui les accompagnèrent. Les stylos, les couverts peuvent être utilisés des deux mains, mais cela se voit. Ce n’est d’ailleurs qu'à la fin du XVème siècle qu’est apparu le terme « gaucherie » pour désigner la maladresse.
En 1530, Erasme énonce dans « De Civilitate Morum Puerilum » que « en posant un plat comme en versant à boire, ne te sers jamais de ta main gauche ».
La perception du gaucher est ensuite de plus en plus négative, jusqu’à la fin du XIXème siècle la gaucherie est considérée comme une infirmité ou une maladie. Le XIXème siècle fut l’époque ou la gaucherie était probablement la plus mal perçue, et les efforts faits pour la contrer les plus importants, avec des moyens parfois brutaux. Vers 1950, cette idée a disparu.
En fait, même si la gauche est méprisée quelle que soit l’époque, au Moyen-âge la gaucherie n’est pas persécutée car rarement perçue !
En effet, la plupart des outils manuels sont conçus pour les droitiers (serpette, enclume, faux…). Dans ces cas, tout le monde est droitier, et cela ne gêne personne, comme aujourd’hui avec la souris d’ordinateur ou la voiture.
Une source intéressante témoigne tout de même de la tolérance envers les gauchers à cette époque : Francesco Santolini. Ce chanoine du XVème siècle a signé en 1471 son principal ouvrage « manu sinistra scripsit », « écrit de la main gauche. Des études graphologiques ont confirmé qu’il écrivait bel et bien de la main gauche. Cela signifie non seulement qu’il était autorisé à utiliser sa main gauche, mais que ses précepteurs aient accepté de lui apprendre à écrire avec, ce qui était impensable quatre siècles après ! Fait d’autant plus étonnant que l’écriture calligraphiée était un art difficile réservé à une élite.
 
  1. Intérêt tactique de la gaucherie dans le groupe d’infanterie

De nos jours, il n’y a aucun intérêt à être fantassin gaucher. Tout au plus cela confère un avantage en combat urbain quand il s’agit de passer certains angles de mur (le fusil étant à gauche l’on expose moins son corps aux tirs lorsqu’on contourne un mur par la gauche). De toute manière peu de fusils sont ambidextres, et les douilles chaudes qui sortent de leur chambre procurent un inconfort certain quand on est sur leur trajectoire. Beaucoup d’équipements sont pensés pour droitiers, (holsters, gilets), ce qui pose des problèmes pour leur utilisation.
Cependant, ce n’était pas forcément le cas avant la généralisation des armes à feu et la disparition des boucliers.
En duel d’abord, l’avantage du gaucher sur le droitier est notable : il bénéficie d’un effet de surprise, car plus habitué que son adversaire à combattre contre un « miroir ». Aujourd’hui encore en escrime et dans de nombreux sports les droitiers sont déroutés face aux gauchers.
 
Mais c’est insuffisant : un bon duelliste ne procure aucun avantage tactique à une armée.
En fait, le gaucher peut poser problème dans le groupe tactique. Car dans une formation de combat serrée, l’efficacité du dispositif repose en grande partie sur la cohésion du groupe. Il faut donc que les combattants soient complémentaires, plutôt que de se gêner mutuellement. Dans ce cas, les gauchers sont gênants. Un gaucher ne peut correctement manier sa pique dans une formation de piquiers droitiers, il fait désordre. De même, un droitier et un gaucher, respectivement à droite et à gauche, se gêneront mutuellement pour manier l’épée, comme deux écoliers avec leurs coudes pour écrire. Idem avec les boucliers, car cela créé un trou dans la barrière de boucliers, pour la droite du droitier et la gauche du gaucher.
Et pourtant, bien utilisé, il peut se révéler utile.
Dans les places fortes par exemple, l’architecture des passages est généralement conçue pour gêner les assaillants. Il est donc souvent avancé que les escaliers à vis se montent en tournant vers la droite, ce qui gêne le maniement de l’épée. Il paraît donc que des gauchers aient été choisis pour avoir le rôle « privilégié » de monter les escaliers lors de la prise de places fortes. Mais le sens de rotation des escaliers à vis n’est pas le même dans tous les châteaux. Peut-être que seulement certains architectes avaient pensé à l’impact tactique du sens de rotation des marches ? Possible, mais trop incertain pour confirmer la thèse.
 
Revenons à la formation tactique.
Un reportage (non retrouvé) sur les légions romaines avancerait que dans les formations d’infanterie, les légionnaires gauchers étaient placés tout à droite. Cela permettrait de renforcer le flanc contre un éventuel débordement par la droite, grâce aux boucliers portés à droite.
En mettant les gauchers à gauche, l’on affaiblirait le flanc gauche de la formation face aux débordements.
Cependant, En constituant une formation séparée de gauchers déployée à gauche de la formation de droitiers, l’on dispose d’une force supérieure pour attaquer le flanc droit, vulnérable, de la formation ennemie.
Les gauchers doivent donc être postés à droite au sein d’une formation, ou bien à gauche en tant que formation à part entière de l’armée. Compte tenu du faible nombre de gauchers, il est improbable que cette dernière option ait été adoptée. Si ça a été le cas, elle n’a d’ailleurs pas laissé de traces. Regrouper les gauchers dans une unité militaire peut aussi poser des problèmes sociaux : faible acceptation par le reste de l’armée, esprit communautaire…
 
En attaque :

Dans le carré défensif :


Problème de cohésion dans la formation :




 
Sources :
http://lesgauchers.free.fr/vivat.be.pdf?articleID=517
http://books.google.fr/books?id=BzmkWf_ycQIC&pg=PA134&lpg=PA134&amp…
http://195.220.134.232/numerisation/tires-a-part-intranet/0000000433723.pdf
http://excalibur.forumactif.com/t181-a-propos-des-gauchers
http://www.passion-histoire.net/n/www/viewtopic.php?f=78&t=6990&st=…
 
_________________
Sus à l'herpaille !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 21 Mar - 16:31 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Eléazar II de Grave


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2010
Messages: 539

MessagePosté le: Jeu 21 Mar - 21:00 (2013)    Sujet du message: Les gauchers au Moyen-Age Répondre en citant

C'est sur que combattre un gaucher est très bizarre au début. Adrien qui était chez nous avais comme premier pseudo "Gaucher" car il en été un  Very Happy
_________________


Revenir en haut
Gontran Le Sénestre
Membres Trencavel

Hors ligne

Inscrit le: 07 Oct 2012
Messages: 409
Localisation: Marseille

MessagePosté le: Ven 22 Mar - 09:25 (2013)    Sujet du message: Les gauchers au Moyen-Age Répondre en citant

L'icono du jour :
sur le sceau de la ville de Fismes (XIVe).

On notera que les trois hommes d'armes sont droitiers (fourreau à gauche),  l'homme de droite porte sa bardiche à gauche. mais a mon avis c'est pour la symétrie de l'image, rien de plus.

Sur cette image allemande de 1502 l'on voit un fantassin épauler son fusil à gauche :

Ici aussi (Spiezer Chronik, Suisse (1465)) :

Pour la deuxième, il se peut que ce soit juste une convention graphique, ou que le peintre n'arrivait tout simplement pas à dessiner les tireurs autrement que de 3/4 dos ^^
Notons au passage que l'on peut être droitier pour l'écriture mais ne pas l'être pour d'autres activités, ou parties du corps (placement des pieds, oeil directeur pour le tir...)

Pour en savoir plus sur la place des gauchers dans les armées avant le XVe serait d'examiner les cadavres, notamment des archers. Les combattants réguliers ont généralement un squelette asymétrique, en particulier les archers de métier (je pense aux archers gallois et leur fameux longbow) qui ont une épaule droite surdimensionnée et des lésions au niveau de la colonne vertébrale et de l'omoplate droite, dues à l'effort intense et répété. Ce type d'information aurait l'avantage d'être beaucoup plus fiable que l'icono ou les gisants, qui sont généralement conventionnés et ignorent ce genre de détail.
_________________
Sus à l'herpaille !


Revenir en haut
Guillaume de Pensac
Membres Trencavel

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2012
Messages: 934
Localisation: Saint-Rémy (71)

MessagePosté le: Ven 22 Mar - 09:46 (2013)    Sujet du message: Les gauchers au Moyen-Age Répondre en citant

Bravo ! C'est une étude qu'il faudrait poursuivre en profondeur.
Il est vrait que l'étude minutieuse des squelettes de l'époque médiévale pourrait nous en apprendre davantage.

Le problème des gauchers s'est posé à la fin du XIXe siècle quand l'école s'est généralisée.
A cette époque et jusque dans les années 1955 il était de coutume, à l'école primaire, d'apprendre à écrire à l'encre (violette). Dans son écriture de gauche à droite, le "droitier" laissait ses lettres toutes fraîches à la gauche de son poignet et il lui arrivait néanmoins de faire des tâches.
Le problème était insoluble pour le gaucher qui passait systémariquement sa main gauche sur l'encre de son texte.


Revenir en haut
Geoffroy de Venasque


Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2010
Messages: 579

MessagePosté le: Sam 23 Mar - 08:39 (2013)    Sujet du message: Les gauchers au Moyen-Age Répondre en citant

Je rejoins de pensac sur l'interprétation de l'image, notamment sur le sceau. En effet, les personnages représentés sur celui-ci semblent en discussion. Celle-ci caractérisée par les mouvements de la main droite avec le doigt tendu vers la lame de son arme dont le manche est posée au sol pour le personnage de droite. Le personnage central quant à lui, tiens son épée de la main droite et semble argumenter avec la gauche. Ces signes m'incitent à penser qu'ils sont droitiers tous les deux. L'un parce qu'il s'exprime en désignant  du doigt soit une direction, soit la lame de son arme, l'autre ayant l'épée dans sa main droite et le doigt dressé de la main gauche comme s'il émettait une condition ou un avertissement. (le personnage central semblant être le chef) Il est possible aussi qu'il s'agisse d'une position d'image comme tu le dis mon cher Gontran. Pour les tireurs, en effet, le peintre peut avoir des difficultés de perspectives et choisir telle ou telle position plus facile à réaliser pour lui. Peut-être aussi les tireurs étant gauchers, oeil ou main, tiennent l'arme à gauche pour la précision du tir. J'avais essayé de tirer coté gauche avec mon fusil une fois, c'est très compliqué étant droitier, et en tir réflexe c'est impossible, donc perte de temps qui pourrait-être fatale. Enfin très intéressant messire Gontran...
_________________
c'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que tant de gens paraissent brillant avant d'avoir l'air con


Revenir en haut
Bernard Othon de Niort


Hors ligne

Inscrit le: 11 Juin 2011
Messages: 63
Localisation: bages 66

MessagePosté le: Mar 26 Mar - 09:51 (2013)    Sujet du message: Les gauchers au Moyen-Age Répondre en citant

pourtant bien pratique pour monter dans un escalier a vis avec une épée
_________________
DESPRES DE 813 ANYS , TORNAT A REFLORJAT: ANIORT


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Guillaume de Pensac
Membres Trencavel

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2012
Messages: 934
Localisation: Saint-Rémy (71)

MessagePosté le: Jeu 11 Avr - 12:54 (2013)    Sujet du message: Les gauchers au Moyen-Age Répondre en citant

C'est vrai qu'en castellologie on distingue un escalier pour monter d'un escalier pour descendre. Le distinguo prend en compte que le défenseur A est toujours droitier et que le noyau de l'escalier ne doit jamais le gêner, mais au contraire lui assurer un avantage sur son adversaire.




Sur le croquis ci-dessus, la flèche rouge indique le sens de montée de l'escalier.

A est le défenseur et B est l'attaquant. Tous les deux sont droitiers, comme il convient au XIIIe siècle.
Dans le premier escalier, A descend et il se trouve en supériorité sur l'attaquant B.
Dans le deuxième escalier, A monte et il se trouve en supériorité sur l'attaquant B.

Il est certain que si B est un gaucher, le combat sera équitable pour les deux combattants.


Revenir en haut
Gontran Le Sénestre
Membres Trencavel

Hors ligne

Inscrit le: 07 Oct 2012
Messages: 409
Localisation: Marseille

MessagePosté le: Jeu 11 Avr - 20:29 (2013)    Sujet du message: Les gauchers au Moyen-Age Répondre en citant

Ah c'est pour ça ! Après coup ca paraît bête, mais j'étais parti sur l'idée que l'attaquant montait forcément...je ne savais pas qu'il y avait des escaliers pour descendre et d'autres pour monter !
Merci Guillaume, tu m'as délesté d'un doute désagréable, a présent tout s'explique Okay
_________________
Sus à l'herpaille !


Revenir en haut
Bertrand de Blanquefort


Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2013
Messages: 17
Localisation: Trappes

MessagePosté le: Ven 12 Avr - 08:33 (2013)    Sujet du message: Les gauchers au Moyen-Age Répondre en citant

Bonjour à vous.

je vous remercie pour cette étude fort instructive qui quelque part me reconforte d'etre gaucher. Je suis gaucher, voir meme ambidestre (merci l'ecole...) ce qui me permet de manier l'épée des deux mains indistinctement. A cause de cela, dans ma compagnie, je suis surnommé "la fausse patte", ce qui embete fortement les adversaires.

Encore merci pour ce post, je suis moins bete grace a vous.

Amities,
Benoit
_________________
Comme pour la prière, il n'y a pas de distance pour l'amitié.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:49 (2016)    Sujet du message: Les gauchers au Moyen-Age

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Compagnie-de-Trencavel Index du Forum -> CULTURE -> La Société médiévale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Thème MGP_Medieval créé par MagicGraph Pro 7 Concept © 2009
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com