Compagnie-de-Trencavel Index du Forum
Compagnie-de-Trencavel
Compagnie de Trencavel , association loi 1901 sur la reconstitution historique du monde Occitan au XIII eme siecle
 
              
Index    Faq    Rechercher    S'enregistrer    Connexion    
 
              



 Bienvenue 



L'assiotation rentre en période hivernale.  


 
 
 
Une nouvelle organisation, qui demande l'aide de tous les membres, est en cours. 
 
 
 
La Compagnie de Trencavel reviendra comme elle le fait chaque à chaque, encore plus rayonnante ! 
 
 
 
:: bouclier ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Compagnie-de-Trencavel Index du Forum -> Vie Militaire -> Armes et protections XIIIeme
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
pierre de fos


Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 745
Localisation: fos

MessagePosté le: Sam 27 Oct - 14:29 (2012)    Sujet du message: bouclier Répondre en citant

Test de fabrication d'un bouclier en lattes superposées  
 
 
L'étude des boucliers du XIIIeme siècle qui nous sont parvenus nous montre un assemblage de planches verticales collées sur la tranche, toutefois ces boucliers sont des boucliers de chevaliers (conservés souvent dans des églises à travers les âges), et donc de cavaliers. Par ailleurs le fonction exacte de ces boucliers n'est pas établie. Compte tenu de leur état de conservation il pourrait s'agir de boucliers d'apparat.  
Nous intéressant à la reconstitution de l'armement du soldat piéton au XIIIeme siècle, nous avons testé une hypothèse de construction différente inspirée de la méthode de fabrication des boucliers de soldats romains durant l'antiquité.  
Ces boucliers sont constitués de trois couches superposées et croisées de fines lattes de bois.  

Die legiones des Augustus, Mainz, 1986, M Junkelmann
 
L'avantage de cette technique est la possibilité de donner une courbure très prononcée à la coque du bouclier. C'est également une technique assez simple à mettre en oeuvre, mais nécessitant un peu de travail préparatoire. Il nous faut en effet un banc sur lequel appliquer les lattes, fabriqué selon la courbure désirée.  

Les lattes de ce test font 3 centimètres de large pour 3 millimètres d'épaisseur, afin d'épouser facilement la courbure. Elles ont été réalisées en contreplaqué mais peuvent tout aussi bien l'être en tilleul ou en peuplier, bois largement utilisés pour leur légèreté et leur propriété à ne pas éclater lorsqu'on les entaille (pratique sur un champ de bataille).
 

 
 

 
Elles ont été assemblées en 4 couches successives au lieu de 3 pour plus de solidité. La première couche est perpendiculaire à la longueur et maintenue sur le banc par des pinces.

 
 
Suivent une couche dans le sens de la longueur, et une nouvelle couche perpendiculaire. La souplesse de la coque a été testée à ce stade, et une dernière couche dans le sens de la longueur a finalement été ajoutée afin de la rendre moins fragile en flexion, surtout sur la pointe (faiblesse que les boucliers romains n'avaient pas).La colle utilisée est une colle à bois moderne, mais pour des matériaux historiques on tablera sur un mélange de colle d'os et de peau, pour allier flexibilité et résistance (la colle d'os est plus résistante mais cassante, tandis que la colle de peau est plus souple mais moins résistante). La colle de type caséine est également possible.

 
 
Les petits trous visibles sur les lattes sont ceux des vis utilisées pour le serrage le temps que la colle sèche. Elles sont ensuite retirées, et une nouvelle couche est entamée… Pour respecter un processus historique, bien que nous n'ayons aucune information sur les méthodes de l'époque, on pourrait utiliser des petits poids répartis le long des lattes (sacs de sable par exemple) pour les maintenir pendant le temps de prise.  
Les lattes sont apposées une à une, et la colle est appliquée sur la coque progressivement, afin qu'elle ne sèche pas car l'opération est longue.  
L'avantage de cette technique, au final, est la solidité de la coque ainsi obtenue, car les lattes s'appuient les unes aux autres et donnent de la rigidité à l'ensemble en se contrariant entre couches.



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 27 Oct - 14:29 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Guillaume de Pensac
Membres Trencavel

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2012
Messages: 934
Localisation: Saint-Rémy (71)

MessagePosté le: Sam 27 Oct - 16:39 (2012)    Sujet du message: bouclier Répondre en citant

Il me semble que l'assemblage en 3 couches, au lieu de 4, serait plus conforme aux sources archéos.
Les planchettes de peuplier, débitées par les fabriquants de cageots, font 5mm environ.
L'emploi de colle de poisson, colle de peau de lapin ou autre serait  plus historique que de la colle vinylique.
Le serrage des planchette les une sur les autres pourrait se dispenser de l’emploi de vis à bois au profit de sangles, cordes ou autre.
Quant à la forme du bouclier, une forme méridionale serait préférable à une forme normande.
 

Personnellement je n’ai pas résolu le problème de l’attache des énarmes dans ou sur le bouclier.
 

Bon courage les amis ! Et n’oubliez pas de prendre des photos à tous les stades de la fabrication.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:49 (2016)    Sujet du message: bouclier

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Compagnie-de-Trencavel Index du Forum -> Vie Militaire -> Armes et protections XIIIeme Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Thème MGP_Medieval créé par MagicGraph Pro 7 Concept © 2009
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com