Compagnie-de-Trencavel Index du Forum
Compagnie-de-Trencavel
Compagnie de Trencavel , association loi 1901 sur la reconstitution historique du monde Occitan au XIII eme siecle
 
              
Index    Faq    Rechercher    S'enregistrer    Connexion    
 
              



 Bienvenue 



L'assiotation rentre en période hivernale.  


 
 
 
Une nouvelle organisation, qui demande l'aide de tous les membres, est en cours. 
 
 
 
La Compagnie de Trencavel reviendra comme elle le fait chaque à chaque, encore plus rayonnante ! 
 
 
 
:: 16 Mars 1244... ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Compagnie-de-Trencavel Index du Forum -> CULTURE -> Dates Historiques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eléazar II de Grave


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2010
Messages: 539

MessagePosté le: Jeu 3 Juin - 02:19 (2010)    Sujet du message: 16 Mars 1244... Répondre en citant

Citation:
Cynthia alias Saucisse a dit : Le 16 mars 1244, au pied de la forteresse de Montségur, 207 hérétiques qui ont refusé de renier la foi cathare montent volontairement sur le bûcher. Leur martyre marque la fin de la croisade des Albigeois.
Résistance:
Après vingt ans de violents combats, la croisade contre l'hérésie cathare avait abouti en 1229 à la soumission du comte de Toulouse.
Mais les exactions des croisés venus du Nord suscitent la rébellion de nombreux chevaliers du Midi, les faidits (ou en fuite), qui entrent en résistance au côté des hérétiques cathares. Bonshommes et faidits trouvent refuge auprès des forteresses dont le seigneur est acquis à leur cause, en particulier Montségur.

Fatal débordement:
A 1207 mètres d'altitude, sur un piton rocheux au milieu des forêts de l'actuel département de l'Ariège, la forteresse de Montségur a été renforcée dès 1204 par le seigneur du lieu, Raymond de Péreille, à la demande de la communauté cathare.
Dans l'enceinte de Montségur vivent une centaine d'hommes d'armes, des faidits, et leurs familles, autour du seigneur du lieu, Raymond de Pareille. A l'ombre des murailles se constitue un véritable village cathare de 600 habitants avec son évêque, ses diacres et ses fidèles.
Le roi de France n'a aucune envie d'user son armée dans la conquête de Montségur aussi longtemps que celle-ci ne lui cause aucun tort. Chacun s'accommode donc du statu quo... jusqu'à un jour de mai 1242 où les chevaliers de Montségur apprennent que tous les inquisiteurs de la région ont fait halte dans un village voisin pour y passer la nuit.
Ces chevaliers ont tous des comptes à régler avec l'Inquisition et, à la différence des cathares, ne se dispensent pas de tuer quand l'envie leur en vient. Le 29 mai 1242, une trentaine d'entre eux, sous le commandement d'un seigneur dont la femme et la fille ont été torturées et brûlées par l'Inquisition, se ruent sur le village d'Avignonet, près de Castelnaudary. Dans la nuit, ils massacrent les onze inquisiteurs dont leur chef, le tristement célèbre Guillaume Arnaud.
Le pape exige aussitôt qu'il soit mis fin à l'impunité de Montségur, qualifiée de «synagogue de Satan». S'ouvre le dernier acte de la croisade des Albigeois.

Un siège de dix mois:
Le roi de France envoie à Montségur une armée de 4.000 hommes sous le commandement du sénéchal Hugues des Arcis.
Mais la citadelle, sur son piton calcaire, est remarquablement défendue et n'est accessible que par un étroit sentier (celui qu'empruntent aujourd'hui les touristes).
Elle ne peut non plus être atteinte par les pierres propulsées du bas de la colline par les catapultes.
Après plusieurs mois d'un vain siège, le sénéchal choisit d'attaquer la citadelle à l'endroit le plus difficile d'accès... et donc le moins défendu. Pour parfaire la surprise, il n'hésite pas à s'y prendre la nuit de Noël.
C'est ainsi que le 25 décembre 1243, une quinzaine de montagnards endurcis, sans doute conseillés par un habitant de la région, escaladent la falaise à l'endroit dit «Roc de la Tour». Ils amènent bien évidemment avec eux leurs armes. Pour juger de l'exploit, disons-nous que cette falaise est aujourd'hui classée hors-catégorie par les spécialistes de l'escalade !
Les grimpeurs arrivent à une barbacane, un petit poste de défense avancé situé sur la crête à 1500 mètres du château proprement dit. Après avoir égorgé les sentinelles, ils font monter des menuisiers et sans attendre assemblent des machines de jet. La citadelle et ses dépendances ne tardent pas à être bombardées de pierres. Les combats au corps à corps se multiplient par ailleurs aux abords des murailles.
Les effectifs des défenseurs fondent si bien que le 1er mars, après une ultime tentative de sortie, le seigneur du château, en accord avec les chefs cathares, décide d'entamer les négociations. Hugues des Arcis, homme du roi, homme d'honneur (rien à voir avec un Simon de Montfort), accorde aux vaincus des conditions généreuses. Elles tiennent en quatre points :
- liberté pour tous les défenseurs catholiques,
- vie sauve pour les hérétiques qui se convertiront sincèrement,
- pas de pillage,
- délai de deux semaines avant la mise en oeuvre des précédentes conditions.
Le délai accordé aux assiégés va exciter plus tard la curiosité des chercheurs de trésor : les cathares en auraient-il profité pour mettre à l'abri un hypothétique «trésor» ? L'hypothèse s'appuie sur une chronique de l'époque faisant allusion à quatre cathares s'étant enfuis avec un sac. On peut cependant penser que le sac contenait tout simplement des provisions pour une longue période de clandestinité...
Comme prévu, la citadelle se livre le 16 mars 1244 après un siège exceptionnellement long de dix mois. Deux cent sept cathares, hommes et femmes, refusent de renier leur foi. Ils sont menés vers un bûcher géant aménagé au pied de la forteresse, en un lieu aujourd'hui connu sous le nom de «Prats dels Crémats» (Champ des Brûlés). Selon d'autres hypothèses, ils auraient été suppliciés à 60 kilomètre de là, dans le village de Bram...

Source:http://www.herodote.net/12440316.htm

_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 3 Juin - 02:19 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Eléazar II de Grave


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2010
Messages: 539

MessagePosté le: Jeu 3 Juin - 02:26 (2010)    Sujet du message: 16 Mars 1244... Répondre en citant

[cit]aurore apothicaire a dit : Merci Dame Saurice pour cet excellent récit. :clap:  [/cit]



[cit]gunther a dit : Ouai super récit! Une histoire et une date à ne pas oublier! Merci pour ce résumer! [/cit]




[cit]Guillaume de Montfaucon a dit : Superbe récit Dame Saurice.  :jap: [/cit]




[cit]chabert a dit : Siege memorable d'apres ce qu'on peut en lire ,par contre aucune des armoiries des chevaliers presents n'est connues c'est quand meme dingue !!!! 
si vous avez ca je suis super preneur car j'ai du changer mon dernier diorama apres de veines recherches
Chabert [/cit]




[cit]Thierry Coundouris a dit : Pour avoir des précisions à la minute même du temps de siège    ( vous imaginez le volume de renseignement ) je propose à tous les amoureux de la croisade d'acheter " Histoire de la croisade albigeoise " de Michel Roquebert, le spécialiste et docteur es du catharisme. Ce chercheur est allé jusqu'à traduire tous les documents inquisitoriaux rédigés sur le moment même, pour nous donner une "luxure" de précision , du bonheur sur les milliers de lignes, par contre, nous sommes en présence d'une oeuvre scientifique, et non pas d'un roman, c'est une thèse de doctorat améliorée à chaque réédition.  [/cit]




[cit]Chouchen a dit : Quel récit Dame Saurice!
Il est vrai qu'il s'agit là d'un passage de l'histoire qui produit toujours le même effet à chaque relecture.
Il faut vraiment faire preuve d'une foi inébranlable pour aller par soi même à la mort, avec fierté... C'st bien là le genre de comportement qui ne se voit plus tellement dans le monde désabusé dans lequel nous vivons...
En tout cas, pour ce qui est de l'"Histoire de la Croisade albigeoise", et pour essayer de mettre la main dessus depuis maintenant quelques années, il est quand même bien difficile à trouver, c'est fort dommage!  [/cit]




[cit]Thierry Coundouris a dit : Comme vous avez pu le constater, nous avons "feté" ou commemoré plutot le 763° anniversaire de la fin des justes de Montsegur...
 Nous reviendrons pas sur les dogmes et croyances de chacun car ce n'est pas sur ce genre de forum que nous avons a en debattre, la seule chose que l'on peut reconnaitre ou admirer, en des jours ou la "parole donnée" est tous les jours bafoueé par des millions de mécréants est l'exemple de ces hommes et femmes: malgres le risque de mort etre fier et convaincu de ses idées et quoi que cela en coute de se battre pour elles, de ne jamais tourner sa veste. C'est donc avec forte reconnaissance dans le coeur pour ces heros que je tenais à mettre un petit mot ici pour monter que leur sacrifice doit etre un exemple pour tout ceux qui respectent leur parole.  [/cit]




[cit]Thierry Coundouris a dit : Dans la liste nous trouvons un " Congost" , juste pour une petite precision les Congosts etaient à ce moment les seigneurs de Puivert, dont le chateau fut pris juste avant Montsegur durant l'été 1243 et dont les rescapés ,entre autre les congost, se réfugierent à Montsegur, il faut que je retrouve egalemment son prenom mais une des femmes congost fut une parfaite, il me semble qu'il s'agit d'esclarmonde de Congost, a verifier!!!
 [/cit]




[cit]Eléazar II de Grave a dit : Voila ce que j'ai trouvé sur un certain Bertrand Del Congost défenseur de Montségur par contre je n'ai rien trouvé sur R. Del Congost. :
-Bertrand del Congost (La Bastide sur l'Hers, anciennement La Bastide del Congost,
canton de Mirepoix, Ariège), défenseur de Montségur, prit part à l'assassinat des inquisiteurs à Avignonet. Ses deux
soeurs étaient parfaites. Il se mit avec Pierre de Mazeroles après la reddition (Ferrer, passim).
Sources page 141 du lien ci contre : http://jean.duvernoy.free.fr/text/pdf/bdecaux.pdf  [/cit]




[cit]Thierry Coundouris a dit : ca va alors je n'ai pas encore la tete et la memoire en vadrouille à la maniere de simon le mécreant de monfort!!!
qu'il est bon de pouvoir se moquer de ses pourfendeurs par dela les siecles!!! [/cit]




[cit]Eléazar II de Grave a dit : 

Je pense qu'il y a une confusion, car dans le document de source il est question de 3 chevaliers Arnaud Roger, Bertrand del Congost et Raimond de Péreille. le texte est écrit comme suit :
"Item j'ai vu des parfaits, savoir Bertrand Marty3 et son compagnon, à Montségur, et j'ai vu làavec eux Arnaud Roger, Bertrand del Congost, [g]Raimond de Péreille et Corba sa femme[/g], mais je
n'ai pas adoré ni vu adorer. J'ai quand même entendu un peu de la prédication de ces parfaits.
Il y a quinze ans ou environ."

Donc je pense que Corba est la femme de Raimond de Péreille et non de Bertrand del Congost.
aprés dans la source on voit écrit :
"-Bertrand del Congost (La Bastide sur l'Hers, anciennement La Bastide del Congost,canton de Mirepoix, Ariège), défenseur de Montségur, prit part à l'assassinat des inquisiteurs à Avignonet. Ses deux
soeurs étaient parfaites. Il se mit avec Pierre de Mazeroles après la reddition (Ferrer, passim).- Raimond de Péreille
(Canton de Lavelanet (Ariège), fils de Fournière de Péreille et Guillaume Roger de Mirepoix, coseigneur et défenseur
de Montségur jusqu'à la reddition, dont le sort est inconnu.- Sa femme Corba, fille de Guillaume-Bernard Unaud de
Lanta et de Marquise de Fourquevaux (canton de Montgiscard), se fit consoler avec sa fille Esclarmonde et mourut sur
le bûcher le 16 mars 1244 avec sa mère et sa fille."

On remarquera que chaque personnage est séparé par un tiré " - "
ainsi débute le personnage de Bertrand, puis celui de Raimond et en dernier celui de la femme de raimond corba.
Bon je vous l'avous c'est assez compliqué mais ce serait partir sur une fausse route que de dire que Esclarmonde est la fille de Bertrand del Congost puisque que c'est celle de Raimond de Péreille et de Corba.  [/cit]




[cit]Thierry Coundouris a dit : en effet le texte soumet bien cette hesitation à fouiller encore!! [/cit]




[cit]Thierry Coundouris a dit : si je me souviens bien ,les meneurs occitans de cette attaque selon la petite histoire ,ont fait ca la hache!!! à quel bonheur de l'inquisiteur à la hache !!!, un phantasme pour tout faydit qui se respecte !!!, je n'appelerai donc pas ca massacre, mais une  reelle  partie de plaisir!!
NB:Je precise pour les lecteurs d'un eventuel premier degres ( et il y en a beaucoup du coté de l'inquisition) que je fais preuve d'HUMOUR!!! [/cit]




[cit]chabert a dit : je ne sais pas si vous avez l'info c'est extrait du magazine "cathare de juin/juillet

Chabert [/cit]




[cit]Thierry Coundouris a dit : oui , nous avons eu l'info et on est meme en contact avec la costumiere de mk2 qui cherchent des figurants pour le tournage...
A savoir....  [/cit]




[cit]Vincent Du Piémont a dit : Je viens de lire le texte...
oh mon dieu il faut vraiment être très accrocher a ça religion pour accepté d'être brûlé vifs cela me fait réfléchir sur le pouvoir des religion et autre secte en tout genre (je ne critique pas simple remarque personnelle) [/cit]




[cit]Raymond de Pereille a dit : Chère dame Saurice,
Cette étude est très évocatrice. Bravo pour cet article, qui remue "le couteau dans la plaie". Fait du "hasard", je suis des votre depuis mi-mars, et notre bon Seigneur, m'a dévolu le rôle et le titre de Raymond de Pereille,Seigneur de Montsègur. Comme cité dans les réponses des compagnons, la foie et la parole donnée s'appliquait jusqu'au bout. Non chouchen, cette époque n'est pas révolue!!!! Il suffit que chacun d'entre nous, si conforme, quoi qu'il en coûte!
C'est une de mes deux devises et principes de vie.
    Fais ce que doit, advienne que pourra.
    Quelle que soit ta condition, vis en homme (femme) libre.
J'ai perdu mon épouse (Corba) et ma fille (Esclarmonde), dans ce temps passé, emprisonné et mort, dans les murs de Carcassonne, je suis le seul combattant a n'être relâché, pour me racheter en croisade. Tenir ses devises jusqu'au bout, quoi que cela puisse en coûter, et toujours d'actualité. Je le pratique et j'ai mis en Avatar sur le forum, une de mes devises, sans savoir qu'elle serait d'actualité.
Chez nous, en corse, on dit: Curagiu!!!!!
Le temps passe, les idées restent.
Mille bravos  :clap:  pour cette évocation, dame Saurice, cela donnera, sans doute, réflexion et courage à certains d'entre nous.                                      Raymond de Pereille
PS: Oui ami Pierre de Grave, c'est bien mon épouse Corba et ma fille Esclarmonde qui sont montées sur le bûcher en chantant.  [/cit]




[cit]Thierry Coundouris a dit : MORNAS rien que mots nous fait fremir !! je pense que la troupe va s'y rendre en "pélérinage" cette année [/cit]
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:28 (2016)    Sujet du message: 16 Mars 1244...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Compagnie-de-Trencavel Index du Forum -> CULTURE -> Dates Historiques Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Thème MGP_Medieval créé par MagicGraph Pro 7 Concept © 2009
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com