Compagnie-de-Trencavel Index du Forum
Compagnie-de-Trencavel
Compagnie de Trencavel , association loi 1901 sur la reconstitution historique du monde Occitan au XIII eme siecle
 
              
Index    Faq    Rechercher    S'enregistrer    Connexion    
 
              



 Bienvenue 



L'assiotation rentre en période hivernale.  


 
 
 
Une nouvelle organisation, qui demande l'aide de tous les membres, est en cours. 
 
 
 
La Compagnie de Trencavel reviendra comme elle le fait chaque à chaque, encore plus rayonnante ! 
 
 
 
:: Le consolament ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Compagnie-de-Trencavel Index du Forum -> CULTURE -> La Société médiévale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Esclarmonde de Laurac
Membres Trencavel

Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2012
Messages: 51
Localisation: Avignon (84)

MessagePosté le: Sam 28 Juil - 20:17 (2012)    Sujet du message: Le consolament Répondre en citant

Unique sacrement de la religion cathare, le "consolament" permet au croyant cathare d'intégrer la communauté des parfaits.
Devant l'Inquisition, Bernard Lagarrigue raconte comment vers la fin de l'été 1283 il a assisté au consolament de Raymond-Guillaume Mathe :
"Nous nous sommes tous réunis auprès de Raymond-Guillaume, là, où malade, il était couché, à l'intérieur de la maison. Quand les hérétiques furent devant son lit, le plus vieux des deux lui dit : "je crois que votre fin est proche !" Le malade répondit : "Que le Seigneur ait pitié de moi !" Le plus jeune des hérétiques dit alors : "Pregatz en aquest prohome que n'pregue Dieu !" en désignant son compagnon, le plus âgé. Le malade dit alors à ce dernier : "Senher, pregatz en Dieu !", lequel répondit : "Dieu ne sia pregat !" puis dit au malade : "Dites, voulez-vous recevoir le don de Dieu et cette sainte ordination que le Seigneur a apportée de la Cour céleste et a posée sur ses apôtres, et que les apôtres ont transmis aux Bons Hommes et les Bons Hommes aux Bons Hommes, successivement, jusqu'à maintenant ? - voulant dire par là ceux de leur secte, les hérétiques.
Raymond-Guillaume répondit que oui. Il plaça d'abord ses mains jointes entre les mains dudit hérétique, qui lui dit : "Que vous viviez ou que vous mourriez acceptez-vous de ne plus manger désormais de viande, de fromage, d'oeufs ni d'une quelconque graisse animale, et de vivre en perpétuelle chasteté ?" Le malade répondit que oui. L'hérétique lui dit encore : "Dites après moi Adoremus Patrem, Filium et Spiritum sanctum", ce que fit le malade, et il le dit trois fois. Il lui dit encore : "Dites avec moi le Pater noster" ce qu'il fit, jusqu'à la fin de cette prière, mais ajoutant après Délivrez-vous du mal, "Car à toi appartiennent le règne la puissance et la gloire, pour les siècles, amen !". Le malade dit cette addition avec l'hérétique.
Ensuite, les deux hérétiques, posant le Livre sur la tête du malade et le touchant de leurs mains, dirent de nouveau le Pater noster, et le plus vieux dit l'évangile de saint Jean, "In principio erat verbum", selon l'habitude et le texte des hérétiques, et selon la manière dont ils ont coutume de dire cet évangile en pareil cas, c'est-à-dire dans une hérétication. C'est ainsi qu'ils hérétiquèrent Raymond-Guillaume selon leur habitude et leur rite, en présence de moi qui parle et de tous les autres que j'ai nommés.
Après l'hérétication, les hérétiques firent baiser le Livre au malade et lui firent dire Benedicite avec le baiser, en lui disant : "Maintenant vous pouvez prier Dieu, car vous êtes Bon Homme", et le malade répondit : "Le Seigneur soit loué !" après quoi les hérétiques posèrent le Livre près le malade et prièrent à la manière hérétique. Et tous ceux qui étaient présents, y compris moi, nous avons adoré ces hérétiques en fléchissant le genou, en disant trois fois Benedicite. Les hérétiques dirent alors au malade qu'ils venaient d'hérétiquer : "Vous aussi, dites comme nous à ceux qui sont devant nous, Dieu vos benesigua  !", ce que fit le malade, nouvel hérétique, puis moi-même et tous les autres nous avons échangé le baiser (de paix) avec les hérétiques."
Traduit dans Michel Roquebert, Les Cathares. De la chute de Montségur aux derniers bûchers 1244-1329, Perrin, 1998, p.389.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 28 Juil - 20:17 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Camerotte


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2011
Messages: 605
Localisation: Marseille

MessagePosté le: Mar 9 Oct - 23:45 (2012)    Sujet du message: Le consolament Répondre en citant

Okay

Revenir en haut
RAIMOND II TRENCAVEL
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 11 Oct - 07:45 (2012)    Sujet du message: Le consolament Répondre en citant

Okay

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:27 (2016)    Sujet du message: Le consolament

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Compagnie-de-Trencavel Index du Forum -> CULTURE -> La Société médiévale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Thème MGP_Medieval créé par MagicGraph Pro 7 Concept © 2009
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com